• Alex 50km Lahti Champion
    • Louis Bouchard - Entraîneur de l'Année International au Gala Triomphe

      April 25, 2014

      Louis-Bouchard---Entraineur-international-de-l-annee---Gala-Triomphe-2014---Simon-Clark-Journal-de-Montreal.jpg
      Photo: Simon Clark

      Si ça se pouvait, Louis Bouchard laisserait son trophée en «garde partagée».

      L’entraîneur d’Alex Harvey se refuse à s’accorder tout le mérite associé au trophée de l’entraîneur international qu’il a reçu dans la carrière qu’il mène auprès d’Alex Harvey. Dans ses paroles, on perçoit son souci de saluer les bénévoles du ski de fond qui justifient la création du Centre national d’entraînement Pierre-Harvey, qu’il dirige depuis 13 ans.

      «On a beaucoup à faire (en tant qu’entraîneur). Moi, je passe beaucoup de temps à remercier les gens qui occupent chacun des paliers de développement dans mon sport. Sans eux, je n’aurais pas ce succès. Moi, je ne fais que terminer un travail qui était débuté depuis longtemps avec Alex, autant qu’avec d’autres athlètes. Tous ces gens-là sont importants», a-t-il souligné.

      «Je regarde le jeune Antoine Laforte, qui était en nomination dans la catégorie «Découverte». Je connais son entraîneur, René Lévesque, depuis 20 ans. C’est un éducateur physique passionné et bénévole, maintenant responsable d’un programme sports-études. Ce gars-là est super-important dans la structure. C’est dommage que ces gens-là ne soient pas toujours reconnus comme je le suis en ce moment, mais, moi, je me fais un devoir de les remercier et de reconnaître leur travail.»

      Oublier Sotchi

      Ce prix est venu camoufler les épisodes de frustration rencontrés durant les Jeux olympiques. Là encore, Bouchard a préféré s’attarder à la fin de saison de son protégé qui lui a permis de terminer au troisième rang du classement général de la Coupe du monde.

      «Nous avons vécu un trou noir durant la saison et il est tombé durant les Jeux. C’est pour cette raison que ce prix-là me rappelle que l’athlète (en ski de fond) s’exploite à chaque fin de semaine durant une saison, comme le font les cyclistes. C’est exceptionnel ce qu’a réussi Alex», soulève Bouchard, qui qualifie d’«aventure fantastique» et de «cohésion parfaite» la relation qu’il entretient avec le skieur depuis huit ans.

      «On a développé une relation humaine saine sous la forme d’échanges. Alex est un universitaire, moi, un entraîneur. Il m’en apprend et je lui en apprends.»